Hommage à la Femme – Journée de la Femme 2014

Voici le récit direct de Guillaume en audio :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La femme est auréolée d’or.

Elle a mis son plus beau vêtement.
Elle rit. Elle sourit à la vie qui s’égrène.
Elle secoue son corps de Déesse.

Peruvian dancers at the parade in Cusco.

Le temps a terni son image, gâché sa vie.
Elle a été persécutée, torturée, délaissée.

Elle puise en son for intérieur une grande sagesse, celle du cœur.
Elle est attendrissante, aimante.
Elle reçoit les énergies divines, les canalisent.
Elle sourit. En son cœur réside une force incommensurable,
la force de l’Amour, celle qui pardonne, donne, reçoit.

La femme blessée, outragée, humiliée, pleure, se scandalise,
se révolte, ou se soumet.
Le trésor n’est pas si loin, le trésor qui délivre, qui apaise.
La femme est une Déesse, elle l’oublie parfois.
Quand son regard plonge à l’intérieur, dans ses entrailles,
elle devient grandiose.

La femme pleure son destin déchu.
Fini la lutte. Inutile de résister.
L’appel de l’Âme est le plus fort. L’Âme réconcilie, pardonne,
ne juge pas.
Elle accueille dans sa lumière toutes les imperfections.

La Femme éclaire le monde.
Qu’elle nous fasse partager sa vérité, sa sensibilité, sa sagesse.
Qu’elle nous ouvre les yeux sur notre voie intérieure,
qu’elle nous ouvre à l’Amour.

Toutes les femmes du monde se tiennent la main, sourient, dansent.
Elles transmutent les mémoires de peine, de viol, d’abus, de violence.
Elles secouent ces vieux fardeaux et les transmutent en un feu de joie,
un feu purificateur, un phare qui nous transperce par sa grâce et son allégresse.

Bénie soit la Femme.

Poésie intuitive écrit par Guillaume Putrich
le 8 mars 2014 pour la journée de la Femme

Articles similaires

Articles les plus populaires

4 réflexions au sujet de « Hommage à la Femme – Journée de la Femme 2014 »

  1. Retour envoyé par Pascale :

    Bonsoir Anneliese,

    Une chose est sûre: Guillaume est bel et bien « habité » par la Déesse… Quel talent! C’est tellement beau de voir un homme s’exprimer de la sorte 🙂

    Ce qui m’a inspirée donc ceci:

    « Dans la lune qui luit
    Sans un mot, sans un bruit
    Elle éclaire les nuits
    Les plus noires de nos vies
    Et s’efface au matin
    Dans son voile de satin
    Nous laissant en son sein
    La blancheur de son teint
    De si noble Dame,

    Elle, la Flamme….

    A la source qui jaillit
    Et jamais ne tarit
    L’eau de nos pluies
    Dans la Terre qu’elle nourrit
    Et lave à la fin
    De tout être humain
    Le sombre dessein
    En passant à sa main
    Une si grande Bague

    Elle, la Vague….

    J’ai la Femme à l’âme
    La Vague à larme
    La Flamme à l’arme
    Si blanche…

    Fait-moi fée
    Fait-moi Yin
    Féminine…
    … Et rends-les beaux
    T’es Divine! »

    Belle soirée et à bientôt,

    Pascale

  2. une merveille de vérité !
    tu touches Guillaume par tes mots mon âme . je ressens ta femme intérieure , ta déesse , celle qui accompagne au quotidien l ‘homme inspiré que tu es . bravo ! l’inspiration, la connexion á la lumière nous rappelle qui nous sommes dans notre globalité et grâce á ta sensibilité que tu laisses épanouir tu nous offres une douche de lumière afin de laisser éclore notre parfum de femme au plus grand bonheur de notre Esprit divin et déposer la trinité sur terre , pour l’amour de notre prochain.merci Guillaume et , vive la journée de la femme ! je t’embrasse sans oublier notre chère Anneliese.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *