Le pouvoir du pardon

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier texte d’Anneliese sur le Pardon

En ce moment je travaille beaucoup avec le PARDON.

Je sens comme une énergie globale qui demande à
l’humanité de se libérer avec et grâce au PARDON.

Si nous ne lâchons pas nos rancœurs, nos blessures
et nos reproches, nous ne devenons pas libres.
Nous faisons du mal qu’à nous-même.

Je visualise alors la personne, par laquelle je me sens
blessée et je me pose la question suivante :

Quel aspect en moi-même est responsable du fait que
j’ai attiré une telle situation dans ma vie ?

Une fois la réponse,
je me sens désolée,
je me pardonne et
je m’aime

Car vous savez peut être que nous ne
sommes pas séparés, que l’autre nous fait
miroir d’un aspect de nous même et que nous co-créons
les circonstances de vie en interaction avec les autres.

Au fur et à mesure vous pouvez voir si vous êtes capable
de pardonner à l’autre. Quand cela devient possible
facilement, vous ne sentez plus de piques, de reproches
ou autres. Vous êtes libre.

Je vous souhaite de pouvoir profiter pleinement
des beaux jours du printemps.

Question d’Isabelle

« Bonjour Anneliese,

Je suis de tout cœur en accord avec ta démarche.
Cependant j’ai de nombreuses résistances car de nombreuses choses
demeure non exprimées !
Je crois qu’il est utile de libérer ou de prendre conscience avant de
passer a ton étape.
Et comment, si je prend un exemple d’inceste, pédophilie ou viol, se
pardonner ? PARDONNER quoi?
En quoi ai je attiré quelque chose de ce genre?
Je ne sais pas si tu comprends ce que je t’exprime?
Mais je préfère oser te le dire!
En tout cas je suis ravie pour toi que tu en sois à cette étape!!!

De tout cœur
Isabelle  »

Réponse d’Anneliese

Isabelle je comprends très bien tes questions, car je me les suis aussi
posées il n’y a pas si longtemps.
Mais plus je travaille avec le Pardon, plus ma compréhension change.

Par exemple j’ai vécu un abus sexuel en tant que bébé à environ un an.
Comment un bébé peut-il attirer une expérience pareille me demandes tu ?

L’âme qui s’incarne dans ce nouveau corps n’est pas neuve, elle a déjà
expérimenté toutes sortes d’expériences, des bonnes et des mauvaises.
Elle est venue encore une autre fois pour expérimenter et pour apprendre,
car elle est, contrairement au corps, immortelle.

Elle est venue avec un plan, de ce qu’elle voudrait expérimenter cette fois-ci.
Avant qu’elle s’incarne, elle choisit ses parents, son milieu familial,
le contexte de vie qui est le plus adapté pour qu’elle puisse faire
ses expériences prévues.

Elle accepte alors de prendre avec son nouveau corps les mémoires
génétiques de son nouveau système familial en plus de toutes les expériences
enregistrées de toutes ses incarnations vécues.
Au niveau de son âme, elle est en parfait accord avec ce qui va se passer,
en interaction avec les autres.

Elle accepte d’être victime ou bourreau, elle expérimente la dualité ou
elle se met à disposition afin que l’autre puisse expérimenter. C’est un acte
d’amour et au niveau de l’âme tout est juste.

Le bébé n’est alors pas libre de mémoires quand il vient de naître.
Mais avec sa naissance il a tout oublié . Il va attirer les événements
selon son programme.

C’est est une facon de voir le choses.

Un autre aspect est que celui qui est en face de moi représente
toujours un aspect de moi-même.
Il me fait miroir de ma propre violence, jalousie, perversité,
de mon propre jugement, de mon propre bourreau, victime etc…

Il me reflète aussi bien-sûr des choses positives, mais avec ces choses-là
nous n’avons pas de problèmes.

Dans mon cas je demande alors :
Quel aspect de moi-même a attiré cet événement malsain dans ma vie ?
Je me rends compte que dans les mémoires de mon système familial,
il y a des traumatismes, des viols, abus et autres.

J’entends aussi dans mon intérieur que dans une autre incarnation
j’étais celui qui a abusé ou violé.
Ce n’est pas facile d’accepter cela, je le sais.

Mais j’ai commencé a me pardonner de ces aspects de moi-même
et ceux acquis (le programme génétique lors
mon incarnation).
Je me pardonne également le fait d’avoir choisi une expérience si difficile pour
moi en tant que personnalité.
Et je me dis : je suis désolée, je me pardonne et je m’aime.
Je pardonne l’autre et je l’aime.

Bien-sûr cela se fait au fur et à mesure
et cela est un processus d’acceptation, de libération et de réconciliation.

C’est aussi un processus pour  prendre la responsabilité de ce que
mon âme au delà de ma personnalité a choisi d’expérimenter et de vivre.

Par exemple, je ne demande pas Pardon à l’autre, car si je le fais, je ne
prends pas la responsabilité de mes actes ou de mon programme enregistré.

Bien-sûr il existe beaucoup d’autres moyens thérapeutiques pour se
libérer et se réconcilier.
Mais le Pardon est un outil très puissant, simple
et en même temps difficile.

J’espère avoir répondu à ta question.

Bien à toi

Anneliese

Articles similaires

Articles les plus populaires

2 réflexions au sujet de « Le pouvoir du pardon »

  1. Anneliese,
    Un grand merci pour ce merveilleux texte que j’aime beaucoup et en plus qui nous arrive juste avant Pâques. Merci !
    Je travaille aussi avec le pardon actuellement.
    Il y a un petit passage que je ne comprends pas trop: le pardon à l’autre ?
    On se pardonne, mais en même temps ne peut-on pas également demander pardon à l’autre ?
    Je te remercie de m’éclairer sur ce point qui est important pour moi.
    Isabelle
    Merci aussi à la personne qui a posé la question précédente et qui s’appelle également Isabelle.

    • Bonjour Isabelle, (deuxième Isabelle)

      Merci beaucoup pour ton commentaire.
      J’aimerais bien te donner un exemple.
      Supposons que tu ais fait un acte qui n’était
      pas bien, un acte qui a blessé l’autre.

      Tu vas alors chez cette personne et tu lui
      demandes Pardon.
      Qu’est-ce que tu fais alors ?
      Tu lui laisses la responsabilité de ce qu’elle
      va faire avec ton acte.
      Tu lui laisses la responsabilité si elle te pardonne
      ou pas. N’est ce pas ?
      Mais si au contraire tu vas chez elle et tu lui dis :
      Je reconnais ma faute et je suis désolée, tu prends
      vraiment la responsabilité de ton acte.
      À la personne alors de te pardonner librement
      ou pas, cela ne t’appartient pas.

      J’espère avoir répondu à ta question,

      Amicalement,

      Anneliese

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *